15 Jours d'essai - Satisfaite ou remboursée

Culotte de contention : la solution innovante qui soulage les pesanteurs pelviennes

Avec la culotte de contention, un vent de révolution et d’espoir souffle sur les pesanteurs pelviennes ! Son élasticité permet d’exercer une compression au niveau de la vulve en vue d’atténuer les sensations de lourdeur. Une solution encore méconnue et pourtant très efficace en cas de varice vulvaire, syndrome de congestion pelvienne ou encore prolapsus génital ou urinaire.
À travers cet articles vous découvrirez : 

Qu’est ce qu’une culotte de contention ?

Un fonctionnement basique et élastique

La vocation d’un slip de contention est d’offrir un soutien ajustable et rassurant au plancher pelvien grâce à sa thérapie de compression. Il se compose d’un hamac de compression qui recouvre la région pubienne et la vulve, relié à une ceinture large élastiquée et à un système de sangles de réglage à l’arrière.

Une femme porte une culotte de contention de face et de dos

La culotte PELVINITY d’Herapreg : une technicité brevetée, une ergonomie mise à l'épreuve

Notre produit est le fruit d’un an de recherches et de tests en collaboration avec
● des sage-femmes
● des fournisseurs textiles spécialisés en contention médicale
● des femmes présentant des pesanteurs pelviennes incommodantes pour des raisons variées.

La sélection complexe des différentes matières utilisées, ainsi que leur complémentarité ont fait l’objet d’un brevet. PELVINITY devient ainsi une solution ergonomique innovante et performante aux problèmes de pesanteurs pelviennes et la seule culotte de contention française 🇫🇷 !

Schéma légendé de la culotte de contention Pelvinity d’Herapreg

Une thérapie de compression pour quelles pathologies ?

Simplement incommodantes ou carrément invalidantes, les pesanteurs au niveau du plancher pelvien peuvent survenir pour diverses raisons, voyons lesquelles.

La varice vulvaire

Elle apparaît plus particulièrement chez la femme enceinte et souvent sous la forme d’une veine dilatée qui crée parfois une boursouflure au niveau d’une ou des grandes lèvres. Les symptômes sont les suivants : une sensation de lourdeur au niveau de la vulve, l’impression d’avoir la vulve gonflée, des douleurs parfois insupportables en position debout, des démangeaisons, des difficultés à marcher, des douleurs pendant et après les rapports sexuels.

Le syndrome de congestion pelvienne

Souvent confondue avec l’endométriose, cette maladie provoque de fortes douleurs au moment de l’ovulation et des règles. Elle survient généralement après une grossesse et s’aggrave à chaque nouvelle grossesse. Le ressenti de pesanteur s’exacerbe avec la station debout ou assise prolongée et en fin de journée.

Le prolapsus génital ou urinaire

Communément appelé descente d’organe, il s’agit d’un glissement anormal d’un ou de plusieurs organes du pelvis vers le bas. Cela entraîne une gêne et un poids dans le bas-ventre, l’impression d’avoir une « boule » soit dans le vagin, soit à l’extérieur de la vulve.

L’œdème pelvi-périnéal

Dans ce cas, on parle d’une inflammation au niveau de la vulve et du vagin après un accouchement. Les tissus s’imprègnent d’un liquide plein de toxines et tendent à se fibroser si le liquide n’est pas drainé rapidement. Le plancher pelvien ainsi ankylosé peut être douloureux et entraîner des séquelles telles que les incontinences, descentes d’organes, douleurs pendant les relations sexuelles, etc.

La pubalgie

Elle se traduit par des tiraillements au niveau du pubis et de l’aine. Elle survient chez les footballeurs… et chez les femmes enceintes ! Dans ce dernier cas, elle se manifeste souvent à partir du sixième mois de grossesse, lorsque les os du bassin s’écartent en vue de faciliter le passage du bébé lors de l’accouchement, et que les ligaments de cette zone sont mis à rude épreuve. Cette inflammation entraîne des difficultés à marcher et écarter les jambes, un gonflement des articulations et des douleurs nocturnes. Bonne nouvelle : elle disparaît spontanément après la naissance du bébé. Mauvaise nouvelle : elle revient à chaque nouvelle grossesse.

Les tranchées

Vous avez votre bébé dans les bras, vous pensiez être débarrassée des contractions ? Et bien non. Il vous faudra d’abord traverser les redoutables « tranchées » ! Pendant 2 jours, ces contractions utérines assez violentes, qui se manifestent surtout au moment des premières tétées sous l’effet de l’ocytocine, permettent à l’utérus de reprendre sa taille et son emplacement dans la cavité pelvienne. Utiles mais sacrément douloureuses donc !

Collant de contention, culotte de contention, ou les 2 ?

Jusqu’alors, les professionnels de santé prescrivaient des bas, collants ou chaussettes de contention. Cette solution adaptée aux varices des jambes reste très souvent inefficace ou insuffisante lorsque l’on souffre de cette maladie au niveau de la vulve. La culotte de contention a été spécialement conçue pour soulager immédiatement les varices vulvaires et autres pesanteurs pelviennes. De manière générale, l’usage des solutions de contention évite aussi aux vaisseaux sanguins de perdre davantage en tonicité.

En cas d’insuffisance veineuse ou par simple prévention, il est cependant tout à fait possible de porter la culotte de contention par-dessus un collant de contention.

Seulement pour les femmes enceintes ?

La réponse est non. Les femmes les plus concernées par ce type de maladies sont celles qui attendent un bébé, pas de doute là-dessus. Néanmoins, c’est aussi une solution à envisager :


● Après l’accouchement en cas d’œdème vulvaire ou pelvi-périnéal, de descente d’organes ou lors des tranchées
● Pendant le cycle menstruel et l’ovulation en cas de syndrome de congestion pelvienne
● A tout moment de la vie, pour les femmes qui souffrent de prolapsus ou de varice vulvaire liée à une insuffisance veineuse chronique
● Au moment de la ménopause où des varices vulvaires peuvent apparaître

Comment savoir si une culotte de contention me soulagera ?

Vous avez encore un doute sur l’efficacité d’une culotte de contention pour votre problème ? Un test simple à faire à la maison vous permettra de mieux comprendre son action, et ainsi de sentir le soulagement qu’elle vous offrira. Avec votre paume de main, exercez une compression du pubis au périnée. Si ce geste vous soulage, alors ce dispositif thérapeutique le fera aussi ! Et si vous hésitez encore, sachez que vous disposez de 15 jours pour essayer Pelvinity.

Comment porter une culotte de contention ?

À quelle fréquence ?

Tout dépend de l’intensité des douleurs. Vous pouvez la porter pour vous apaiser quelques heures par jour, pour une séance de sport, une partie de foot avec vos enfants, une longue balade à pied ou pour assurer une journée entière de travail…

Dans le cas de varices vulvaires, de jambes lourdes, accompagnées d’insuffisance veineuse, il est conseillé de la garder du lever au coucher, par dessus un collant de contention, afin de prévenir une perte de tonicité et un gonflement excessif des veines de la vulve.

Comment obtenir la compression idéale ?

Pour un résultat optimal, il est important de bien choisir sa taille (elle ne doit pas être trop grande) et de la positionner correctement. Devant, elle se porte sous le ventre, et dans le dos, dans le creux des reins au-dessus des fesses. Les sangles à l’arrière doivent être bien réglées et étirées vers l’extérieur des fesses pour un ajustement parfait.

Schéma indiquant comment positionner la culotte de contention.
© Herapreg

Par-dessus un sous-vêtement, un shorty ou un collant de contention ?

La culotte de contention se porte généralement par-dessus les sous-vêtements quotidiens.

Portée par-dessus un collant de contention (en cas d’insuffisance veineuse par exemple), il faudra veiller à éviter le contact du collant avec les scratchs afin d’éviter qu’il ne se file.

Sachez enfin qu’au début de l’utilisation, elle peut se ressentir au niveau de l’entrejambe. C’est tout à fait normal, les élastiques employés sont des matériaux de compression médicale qui petit à petit vont se détendre et s’adapter à votre morphologie. En attendant, n’hésitez pas à la porter par-dessus un shorty ou un cycliste en coton.

Quels sont les résultats des tests sur les femmes ?

Les études menées par Herapreg

Sur un échantillon de femmes souffrant de pesanteurs pelviennes d’origines médicales diverses, toutes témoignent d’une très nette amélioration de leur capacité à vivre normalement lorsqu’elles portent la culotte de contention.

Graphique indiquant que le temps passé debout sans douleurs sans porter Pelvinity oscille entre 1h15 et 2h05.
Lorsqu’elles ne portent pas Pelvinity, les femmes indiquent qu’elles sont en mesure de rester debout sans douleurs entre 1h15 et 2h05. © Herapreg
Graphique indiquant que le temps passé debout sans douleurs en portant Pelvinity oscille entre 4h20 et 7h45.
Lorsqu’elles portent Pelvinity, les femmes indiquent qu’elles sont en mesure de rester debout sans douleurs entre 4h20 et 7h45. © Herapreg

Témoignages des femmes qui ont testé

Alexandra (prolapsus de la vessie)

« Depuis, tout va beaucoup mieux, mes journées sont moins perturbées et j’ai même pu reprendre la course à pied !  »

 

Delphine (varice vulvaire)

« Ce fut un véritable soulagement, en prime, je n’avais plus mal au bassin ! Si bien que je ne pouvais plus travailler sans. Je l’ai porté jusqu’à la fin de ma grossesse. »

 

Julie (syndrome de congestion pelvienne)

« La culotte Pelvinity m’a permis de retrouver de la dignité et une certaine normalité. Ces douleurs sont très incommodantes et souvent taboues. J’ai retrouvé une vie presque normale sans devoir m’allonger. »

vous avez trouvé cet article intéressant ? Partagez-e !
Articles similaires
Guide des tailles
Votre tour de hanche en CM Quelle taille choisir ?
74-82 cm XXS
82-90 cm XS
90-100 cm S
100-110 cm M
à partir de 110 cm L
Comment prendre vos mesures ?